Une opposition interne à la BCE a étréci les visons de Draghi

Par -

Comme la Banque centrale européenne (BCE) a fait l’annonce selon laquelle, plusieurs décisions visant l’assouplissement monétaire allait être revu en-deçà des espérances s’explique amplement par le vœu des membres les plus traditionnels de l’institut d’émission de corriger son président Mario Draghi, ont avoué des sources proches des discussions.

Celui-ci et l’économiste en chef de la BCE Peter Praet avaient effectué, pendant des semaines devançant la réunion de politique monétaire du 3 décembre, des propos annonçant que la BCE était prête à agir rapidement pour faire remonter l’inflation, montrant l’établissement d’un plan de soutien de grande ampleur à l’activité.

Mais, d’après les sources, le conseil des gouverneurs de la BCE a pris la décision de décevoir les acteurs de marché, jugeant surtout que les perspectives économiques s’étaient amendées et que les nouvelles reconnaissances d’inflation n’étaient pas aussi mauvaises que l’on ne croyait.

Les membres du conseil ont également retenu la certitude de voir la Réserve fédérale américaine relever ses taux d’intérêt le 16 décembre, estimant que des décisions trop radicales de la BCE auraient affaibli davantage l’euro, obligeant même la Fed à surseoir pour éviter une différence encore plus considérable entre les politiques des deux banques centrales.

La BCE a fini par revoir à la baisse l’un de ses taux directeurs et poursuivi d’au moins six mois son programme d’achats de titres sur les marchés, faisant ainsi, le service minimum comparé aux signaux qu’elle avait antérieurement envoyé.

Cela s’est interprète par une baisse entre 2% et 5% des principaux indices boursiers européens sur toute la semaine passée et un bond de l’euro comparé au dollar.

Rappelons que vendredi, Mario Draghi a essayé de corriger sa lancée en disant que la BCE demeurait capable d’appliquer des mesures additionnelles si nécessaire.

D’après une source proche de l’affaire, a déclaré que « Mario Draghi a délibérément laissé grossir les attentes afin d’acculer le conseil des gouverneurs. Cela était problématique et il été critiqué en privé par plusieurs gouverneurs », a précisé la source.

Xavier
Xavier

Ola ! Xavier, 24 ans, Grenoblois.

Commentaires fermés.