Le sélectionneur anglais, Sam Allardyce, impliqué dans un scandale de corruption

Par -

Des journalistes britanniques ont organisé une interview au cours de la quelle, ils ont tendu un piège au sélectionneur anglais, Sam Allardyce en vue de le corrompre.

Ce dernier était prêt à accepter de l’argent en échange de techniques pour passer outre les règles fixées par la fédération.

Le coach de la sélection britannique, Sam Allardyce a été attrapé car il expliquait comment violer les règles de sa fédération (FA) dans le cadre de transfert, alors qu’il était filmé en caméra cachée par des journalistes du Daily Telegraph, d’après une révélation faite par le journal britannique.

La vidéo a été publiée sur le site du journal, où Allardyce qui a été désigné comme sélectionneur des « Trois Lions» au mois de juin, croyait être en face d’un cartel qui représente les intérêts d’investisseurs venant d’Asie. Et il leur expliquait comment faire pour passer outre les règles de la FA surtout en matière de tierce propriété (TPO).

Or ces hommes à qui il dévoilait les méthodes pour violer les règles n’étaient autres que des journalistes du Daily Telegraph qui menaient une enquête sur la corruption dans le football anglais.

De plus, Allardyce avait été invité à faire un déplacement vers Singapour et à Hong Kong pour vendre ses conseils contre 400.000 livres sterling soit 461.000 euros).

Après la publication de la vidéo, la FA a demandé au journal de lui envoyé « l’ensemble des données concernant cette affaire » mais le concerné n’a pas réagit.

Les journaux anglais, indiquent que la FA mène actuellement une enquête sur cette affaire. Pendant l’échange, l’ex entraîneur de Bolton a lancé des piques à l’endroit de celui qu’il a remplacé, Roy Hodgson, qui a été limogé après que l’équipe ait été éliminée face à l’Islande à l’Euro, le qualifiant d’indécis dans sa manière de gérer la concurrence.

Concernant, Gary Neville, l’ancien adjoint de Hodgson, le sélectionneur juge qu’on aurait dû le faire taire. Il s’est aussi attaqué à sa fédération qu’il accuse d’avoir investit 870 millions de livres soit un milliard d’euros dans la construction du stade de Wembley, et il n’épargne pas non le président de la fédération, le Prince William, qui n’a pas pris part la semaine passée à une rencontre portant sur l’Euro 2020 à Londres.

Par contre, lors de son premier match avec la sélection britannique à l’occasion des éliminatoires du Mondial 2018, big sam a pu conclure la rencontre par 1 but à 0 face à la Slovaquie.

Xavier
Xavier

Ola ! Xavier, 24 ans, Grenoblois.

Commentaires fermés.