Marseille : dernière traversée sous pavillon SNCM

Par -

Rachetée par le groupe corse Rocca après un jugement du tribunal de commerce de Marseille rendu le 20 novembre 2015, le pavillon effectue son dernier passage.

Le dernier navire naviguant sous les couleurs de la compagnie SNCM, qui passe de façon officielle ce mardi dans les mains du groupe corse Rocca, est arrivé dans la matinée dans le port de Marseille où plusieurs marins en grève ont empêché un nouveau rival battant pavillon danois d’aborder. Le démarrage de cette nouvelle ligne de fret, forcément sur un bateau battant pavillon danois et avec un personnel de nationalité étrangère, a fait réagir la CGT de la SNCM et de La Méridionale, les deux entreprises qui gèrent la délégation de service public entre la Corse et le continent. La CGT de la SNCM avait jugé que le lancement de cette ligne par le consortium appartenant à l’armateur français Daniel Berrebi et des entreprises Corses Corsica Maritima était une ‘ »entrave au service public».

Ces deux candidats qui voulaient reprendre la SNCM s’étaient vus écartés par le tribunal de commerce de Marseille permettant à Patrick Rocca d’être le gagnant. « Des salariés ont utilisé leur droit de grève et empêché l’accostage du navire », a expliqué à l’AFP Frédéric Alpozzo, délégué CGT de la SNCM. La CGT avait procédé au dépôt d’un préavis de grève renouvelable dès mardi 5 janvier et le Syndicat des travailleurs corses (STC) avait quant à lui menacé de bloquer le port de Bastia. Le Stena Carrier a ensuite quitté le port de Marseille et est depuis mardi matin au mouillage dans la rade, d’après le Grand Port maritime de Marseille (GPMM). « Il faut que le droit soit respecté par tous et il ne faut pas que ce service démarre dans de telles conditions », a poursuivi Frédéric Alpozzo : « Il y a déjà eu près de 600 suppressions d’emplois avec la reprise de la SNCM, on ne veut pas redémarrer l’année avec des licenciements. »

Xavier
Xavier

Ola ! Xavier, 24 ans, Grenoblois.

Commentaires fermés.